Lille fait découvrir la motoneige à Barèges

motoneige8 (3)

Le week-end dernier, j’ai conduit un appareil auquel je n’avais encore jamais eu l’occasion de conduire: la motoneige, qui donne pas mal de sensations, et que j’ai découverte lors d’une excursion à Barèges. Pour tout dire, je ne pensais pas m’y mettre un jour. J’avais dans l’idée que c’était un bidule propre aux kékés, mais j’ai aussitôt changé d’avis lorsque je me suis retrouvé sur la piste: c’est aussi un remarquable engin très plaisant à conduire. La bête est en fait un simple scooter muni d’une chenille et de lames comme des skis pour filer sur la neige. , elle n’est pas très impressionnante, mais elle fournit tout de même quelques surprises. Au début, ce n’est pas compliqué: il suffit de presser le guidon à gauche pour accélérer et à gauche pour freiner. Avant tout, la motoneige s’avère vraiment réactive. Il suffit d’une petite pression sur l’accélérateur pour partir sur les chapeaux de roue. Et il faut aussi une certaine force pour diriger l’engin, notamment dans les virages où il faut en effet se pencher très fort et bien contrôler sa vitesse si on veut éviter de partir dans le décor. Les premiers instants, on a un peu l’impression d’être sur le dos d’un cheval rétif. Mais on chope le truc et ça devient un pur moment de bonheur. Perso, j’ai piloté la motoneige lors d’une rando, peu après la tombée de la nuit. Une fois que la nuit est bien tombée, il n’y a plus eu que la nuit, le blanc de la neige, le bruit des moteurs. Le monde se bornait au petit cercle de lumière que faisait le phare de la motoneige. Un pur moment irréel, où l’on a un peu le sentiment que la civilisation a disparu. Cette randonnée en motoneige m’a bien plu, et je pense que je vais essayer d’en refaire avant la fin de la saison. Encore plus d’information sur cette expérience de de randonnée en motoneige à Barèges en surfant sur le site de l’organisateur.