Noël à rebours à Lille

Lille

Attentats, mauvaise météo, tout ne va pas pour le mieux pour lancer les festivités de Noel. En cause : la météo maussade mais surtout la peur généralisée face au risque d’attentat. Une peur qui a un impact direct sur les commerçants en pleine période de préparation des fêtes de fin d’année. « On a perdu trois heure de travail ce matin, c’est catastrophique, confie un commerçant du marché de Noël. Ça me déçoit parce qu’après les victimes qu’on fait les attentats, là on est en train d’atteindre l’économie. C’est grave, les terroristes atteignent leur objectif en fait. » Les stands peu remplis donnent raison à ce commerçant. Cette baisse de fréquentation, lors du week-end d’ouverture du marché de Noël, selon les commerçants des 83 chalets, provoquerait une baisse de 50 voire 80% de leur chiffre d’affaire. La clientèle étrangère n’est pas non plus au rendez-vous. Les Belges et Britanniques sont particulièrement moins nombreux, à cause notamment de l’annulation de cars scolaires. Un groupe britannique croisé par notre équipe de France 3 compte ainsi sept personnes de moins que prévus. Une membre du groupe explique pourquoi elle a fait le choix de se déplacer : « C’est important au contraire de venir à cause des attentats parce que si vous annulez vous leur donnez raison », détaille-t-elle abrité sous son parapluie bariolé. Le tableau n’est toutefois par complètement noir. Après des annulations en cascade le week-end dernier, les hôtels affichent de nouveau complet. Certains ont choisi de venir à Lille car ils s’y sentent plus en sécurité. C’est le cas d’un couple belge interrogé par les journalistes de France 3 qui a décidé de venir à la dernière minute. Dans les rues du Vieux-Lille la foule est plus compacte. La présence policière très visible semble rassurer les consommateurs qui effectuent leurs premiers achats de Noël, bien que leur cœur soit forcément un peu assombri.