Des zombies à Lille… ou pas?

12080419_184502768551338_1943284349_n

Aura t’on finalement une marche des zombies à Lille ? La dernière eu lieu en 2013, et cette année, c’est encore la sécurité qui est pointée du doigt pour interdire cette manifestation. Pourtant, toutes les chemises seront déjà arrachées promettent les organisateurs. Les affiches sont en ligne. Mais il va peut-être falloir les rappeler fissa. Après l’annulation de l’an dernier, la Zombie Walk Lille pensait avoir sauvé son défilé 2015 de morts-vivants, fixé au 29 novembre. Las, à quelques semaines de l’événément, le sort s’acharne de nouveau et met en péril la marche. Le défilé de 2013, quand 5 000 personnes avaient battu le pavé, sera-t-il donc le dernier de l’histoire de la Walk lilloise? Les zombies reviendront-ils ? Ressusciter, c’est un peu leur marque de fabrique. Mais à Lille, ce n’est pas gagné. Les morts-vivants semblaient persona non grata depuis l’annulation de leur défilé, l’an dernier. Cet été encore, la mairie semblait tordre le nez et l’affaire s’annonçait mal. Et puis, miracle : la bonne nouvelle est tombée sur les réseaux sociaux. La Zombie Walk 2015 aura bien lieu, le 29 novembre. Les gorges pourries pouvaient gargouiller un ouf de soulagement. Mais ça, c’était avant que La Voix du Nord ne contacte la mairie, jeudi. « Pour nous, il n’y a pas de problème, mais la préfecture refuse pour une question de sécurité », indiquait la municipalité, en proposant à la place la date du 22. Contactée, la préfecture précisait que l’interdiction n’était pas, à ce jour, prononcée, mais que la concomitance de manifestations relatives à la COP21 pouvait poser problème. Coup dur pour Juliette Vanbastelaere. « Décaler maintenant, ça va être difficile, mais annuler, encore plus », prévient la présidente de YaShow. L’association a pris cette année le relais des Hyènes, l’association de jeu de rôles grandeur nature qui organisait jusqu’à présent la marche. Limitée à 300 mordus en 2009, la horde avait culminé en 2013 à 5 000 gueules d’enterrement clopinant à travers la ville, sous la conduite d’une jeep de la Umbrella Corp (les méchants de Resident Evil) chargée de mercenaires armés jusqu’aux dents. D’aucuns passants en avaient été ébranlés. Jacques Richir aussi, visiblement, qui enfonçait l’an dernier des clous dans le cercueil des zombies. « Ce n’est pas l’image qu’on veut pour la ville », sermonnait l’adjoint au maire, guère ravi de ce déballage de boyaux le jour de la Toussaint. D’autres objections, plus officielles, avaient été soulevées par la ville : contexte terroriste (ça ne s’est pas arrangé, mais la Braderie n’a pas été annulée), nature « privée » de la manifestation (pas plus qu’un marché de Noël), nécessité d’un encadrement policier. Conséquence, l’événement avait été confiné à la gare Saint-Sauveur et privé de sortie. Ce qui n’avait pas empêché 7 000 personnes de rappliquer ventre à terre (littéralement). Autant d’écueils que Juliette Vanbastelaere pensait contournés. Tout comme les milliers de fans de la page Facebook de la Walk, tout à leur joie, hier. Sans savoir que l’édition 2015 était à son tour remise en question. Dans les films ou les BD, les survivants traqués ne savent jamais comment échapper aux zombies. En fait, c’est très simple : il suffit de venir à Lille.

12080419_184502768551338_1943284349_n 12107436_1656228787954813_1750445530_n