Et si la FNAC ouvrait le dimanche ?

fnac

Pas d’inquiétude particulière au niveau des syndicats qui, à l’image d’Éric Pyzsel, délégué FO, imaginent mal que l’enseigne lilloise puisse être concernée. « Franchement, je ne vois pas l’intérêt pour Lille. Ouvrir tous les dimanches, ce sera essentiellement dans les endroits touristiques », estime le délégué syndical. Du côté de l’argument phare avancé – contrer Amazon –, Éric Pyzsel le balaie d’un revers de main : « Quelle concurrence ? Amazon n’a pas de magasin physique… Et puis, moi je travaille aux stocks à Lille et pour dix clients facturés magasin, il y en a cinquante sur Internet », continue-t-il en mettant en avant la bonne santé de l’e-commerce de la Fnac. « Ces arguments sont ridicules. On pourrait aussi ensuite envisager d’ouvrir 24h/24 comme tous les sites d’e-commerce… », lance, ironiquement et anonymement, un salarié.
Du côté du Furet du Nord, on a une autre approche. « Ouvrir tous les dimanches n’a de sens que si cela répond à une démarche commerciale collective », estime Pierre Coursières, président du Furet, qui refuse d’en faire un combat général. « Ça doit se décider au cas par cas, centre commercial par centre commercial, centre-ville par centre-ville… Cela n’aurait aucun sens d’être les seuls à ouvrir. »
Ce lundi, à la sortie de la Fnac, les avis étaient mitigés. À l’image du débat global sur le travail dominical… « On peut quand même se passer de faire des courses un jour par semaine, non ? », s’interroge Damien. « Moi, c’est sûr, je ne viendrai pas le dimanche. Mais c’est facile parce que je suis retraité ! Mais, avant, quand je bossais, il n’y avait pas les 35 h et on trouvait quand même le temps de faire ses courses la semaine », s’amuse Jean-Michel. Morgane, elle, est plutôt favorable à une ouverture tous les dimanches mais, comme Pierre Coursières, pour une animation collective. « Regardez, en décembre, tout est ouvert et les rues sont pleines de monde chaque dimanche… Ça met une belle ambiance. Mais, bien évidemment, ça ne doit pas se faire à n’importe quel prix. »