Bienvenue à Lille

lille tourisme

Bienvenue à Lille, la capitale des Flandres, le croisement de l’Europe, et une superbe ville à découvrir. Ce petit blog a pour ambition de vous faire découvrir cette belle ville et région à travers le regard de quelques-uns de ces nordistes amoureux de leur région. Bienvenue donc, et en guise d’accueil, une petite chanson : « le ptit quinquin ».

Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main.
Ainsi l’aut’ jour, eun pauv’ dintelière,
In amiclotant sin p’tit garchon
Qui d’puis trois quarts d’heure, n’faijot qu’braire,
Tâchot d’lindormir par eun’ canchon.
Ell’ li dijot: Min Narcisse,
D’main t’aras du pain d’épice
Du chuc à gogo
Si t’es sache et qu’te fais dodo.
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main.
Et si te m’laich eun’bonn’ semaine,
J’irai dégager tin biau sarau,
Tin patalon d’drap, tin gilet d’laine
Comme un p’tit milord te s’ras farau
J’t'acaterai, l’jour de l’ducasse
Un porichinel cocasse,
Un turlutu,
Pour jouer l’air du capiau-pointu.
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Nous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnett’s. Comme te riras,
Quand t’intindras dire: un coups pou Jacques
Pà d’porichinel qui parl’ magas.
Te li mettra din s’menotte,
au lieu d’doupe, un rond d’carotte
it’dira merci
Pins’ comme nous arons du plaisi
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Et si par hasard sin maite s’fâche,
Ch’est alors Narcisse; que nous rirons!
sans n’avoir invi’, j’prindrai m’nair mache
J’li dirai sin nom et ses sournoms,
J’li dirai des faribolles
I m’in répondra des drôles;
Infin un chacun
Vera deux pesta’c au lieu d’un
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Allons serr’ tes yeux, dors min bonhomme
J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus
Pou’qui vienne ichi, pindant tin somme,
T’fair’ rêver qu’j'ai les mains plein d’écus,
Pour qu’i t’apporte eun’coquille,
Avec du chirop qui guile
Tout l’long d’tin minton
Te pourlèqu’ras tros heur’s de long
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
L’mos qui vient, d’Saint’Nicolas ch’est l’fête.
Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver.
It f’ra un sermon, et t’laich’ra mette
In d’zous du ballot, un grand pannier.
I l’rimplira, si tes sache
d’séquois qui t’rindront bénache,
San cha, sin baudet
T’invoira un grand martinet.
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Ni les marionnettes, ni l’pain n’épice
N’ont produit d’effet. Mais l’martinet
A vit rappagé l’petit Narcisse,
Qui craignot d’vir arriver l’baudet
Il a dit s’canchon dormoire
S’mèr, l’a mis dins d’nochennoire
A r’pris son coussin,
Et répété vingt fos che r’frain.
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main

On ne choisit pas son patois…
Le P’tit Quinquin est une chanson du poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), écrite en 1853 en ch’ti, une des deux langues régionales de la région française du Nord-Pas-de-Calais. Son titre original est L’canchon Dormoire, autrement dit berceuse( mais aussi une parodie ). Mais plus qu’une berceuse, cette chanson illustre la vie intime des ouvrières dans ce Nord de la fin du XIXe siècle.

lille tourisme